Le TEC se mobilise pour ceux qui doivent rester mobiles !

Le TEC se mobilise pour ceux qui doivent rester mobiles !

Par le biais de sa nouvelle campagne, diffusée sur les réseaux sociaux et sur les chaines télévisées, le TEC veut remercier toutes les personnes qui exercent un métier prioritaire, tout en rappelant que le transport en commun leur est réservé en ce moment. Trop de gens ne respectent pas encore cette consigne. 

Pour ce faire, le TEC a donné la parole aux enfants de son personnel dont les parents exercent une fonction essentielle, qu’ils soient infirmier(e)s, médecins, pharmacien(ne)s, policiers/ères, travaillant dans le secteur de l’alimentation et, bien sûr, conducteurs/trices de bus.

La situation que nous vivons actuellement est inédite et difficile. Pourtant, au TEC, nos conductrices et conducteurs répondent présents pour véhiculer les travailleurs qui doivent impérativement rester mobiles.

"Pour rien au monde, je ne ferais autrement que de tout simplement faire mon boulot. Et c’est avec fierté que je le fais, même si j’éprouve aussi ce sentiment de frustration de ne pas pouvoir embarquer tout le monde à bord de mon bus. Vous savez, même si mon épouse et mes filles qui sont à la maison sont stressées pour moi, elles sont fières. Je vis bien cette situation parce que la majorité des gens que je rencontre, lors de mes trajets, sont agréables. Il y a énormément de gens qui nous disent merci et si ce n’est pas par la parole, c’est un pouce levé. C’est très gratifiant."
Francis BOGAERT, conducteur de bus du dépôt de Genson.

"Même si j’essaie de faire abstraction de la situation actuelle très difficile, je ne vais pas cacher que j’ai toujours un peu la 'boule au ventre' lorsque je prends mon service. Je pense également beaucoup à ma compagne qui est aussi en première ligne. J’essaye de faire appliquer le mieux possible les règles de distanciation sociale auprès de la clientèle. Si certaines personnes peuvent se montrer parfois récalcitrantes, en général, ces contraintes sont assez bien respectées. Nous recevons même parfois des compliments. Cela fait évidemment chaud au cœur et nous motive à continuer le service à la population.
Kevin DEVOS, conducteur de bus du dépôt de Salzinnes/Bauce.

"Quand il s'agit de conduire les passagers au travail ou pour des déplacements essentiels, je trouve ça très bien, ils ont besoin de nous et c'est pour ça que nous le faisons. On se sent utile."
Johan BARBIOT, conducteur de bus du dépôt de La Louvière.

"En tant que conducteur en région rurale, je n’ai pas trop d’appréhension, j’essaye de relativiser. Cependant, je ne minimise pas la situation et suis inquiet, comme tout un chacun, pour ma famille.
Antoine JACOB, conducteur de bus du dépôt de Florenville.

"Malgré la situation difficile qu'on vit actuellement, j'ai pris la décision de venir travailler pour effectuer ma mission de chauffeur et penser aux gens qui travaillent quotidiennement (infirmier, agent de sécurité...). Je suis un peu inquiet et effrayé surtout au niveau de la contamination, mais je pense que si on prend nos précautions convenablement et qu'on respecte les mesures sanitaires comme il faut, tout ira bien."
Abdeljlil CHAKIR, conducteur de bus du dépôt de Baulers. 

Le personnel des services techniques est lui aussi bien présent. Des centaines de mécaniciens réparent, préparent et entretiennent les véhicules au sein de nos ateliers afin que les bus et trams puissent sortir, tous les matins, des dépôts.

"On a quelques craintes car on se défend contre quelque chose d'invisible. On doit faire beaucoup plus attention qu'avant, changer nos gestes et habitudes car certains, banals auparavant, peuvent maintenant être dangereux. J'ai aussi plus de mal, mais ça c'est dans mon caractère, à ne pas dire bonjour (rires). Malgré cela, on ressent une certaine complicité et une solidarité entre tous ceux qui sont sur le terrain. La solidarité est plus présente que jamais. Dans ce contexte difficile, on se sent aussi 'nécessaire', nécessaire pour maintenir un service minimum indispensable à certaines personnes mais aussi pour aider le personnel soignant à se déplacer. Dans mon métier, j'ai toujours été et je reste fier de pouvoir être utile à autrui." 
Pascal MATON, adjoint contremaître (Services techniques) au dépôt de Mons.

Tous ces travailleurs de première ligne peuvent compter sur le soutien de leurs collègues qui continuent, seuls sur leur lieu de travail ou confinés à domicile, de tout faire pour assurer le service au citoyen. Un immense merci à eux aussi.

Contactez-nous
Stéphane Thiery Directeur du Marketing - Porte-Parole, TEC
Stéphane Thiery Directeur du Marketing - Porte-Parole, TEC
A propos de TEC

Le TEC en chiffres

  • Près de 5.200 collaborateurs
  • 151 millions de voyageurs transportés
  • Plus de 2400 véhicules en circulation
  • 767 lignes
  • 119 millions de kilomètres parcourus